Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Quand tu n’as pas maman et papa pour te sauver ton cul
Et te passer le flambeau;

Lorsque la nature ne t’a pas doté des bonnes manières,
Ni de la bouche adéquate pour sucer convenablement,
Que tu ne gravites pas autour des bons culs pour y faire ton trou,
Ni des bonnes queues, leviers propices à t’élever socialement;

Quand tu ne sais pas dire merci là où tu devrais dire merde;
Tant que tu n’as pas appris à fermer les yeux, à serrer les dents
Et les mains;

Que tu n’utilises pas assez les mots
Génial,
Enorme,
Grave,
Magnifique;

Que tu es plus sensible que sensuel…

Quand bien même aurais-tu ce que l’on nomme vulgairement du talent,
Prépares-toi à la déception d’assister à l’éclosion de tes bonnes idées,
Ailleurs qu’entre tes mains.

Tu étais prévenu,
Ce qui compte ce n’est pas la fin,
Ce sont les moyens.